Une vie pleine de surprise !



Il faut faire attention à chaque détail, chaque petit signe de la vie, rien n’est anodin ! Si on a des rêves, et bien il ne faut pas les rêver, mais les vivre, parce que tout est possible, absolument tout ! La preuve, malgré beaucoup de petites péripéties, nous y sommes parvenus ! Vous vous demandez peut-être ou nous en sommes, et bien reprenons tout, mais alors tout ! c’est important, même nous, nous n’avions pas fait attention à certaines choses.

Il y a maintenant deux ans, lorsque nous avons voulu changer de vie après la naissance de Kalyan, grossesse qui n’étais pas envisageable selon les médecins par rapport à la polykystose hépatorénale d’Estelle, nous nous sommes décidés à partir en roulotte hippomobile. Notre persévérance ne c’est qu’amplifié avec la naissance de Kaès, sous la stupéfaction du corps médical. Nous voulions donner à nos enfants une vie différente, leurs offrir d’autres opportunités, un autre point de vue. Mais nous n’avions rien, pas un centime, pas d’expérience dans le milieu du cheval, nous repartions de zéro.

C’est déjà le premier détail très important, les enfants ! Nous voulions tellement fonder une famille que cela nous a été possible, et cela malgré tout ce que les médecins ont pu nous dire par rapport à la santé d’Estelle, et surtout Estelle a contredit tous les médecins et nous avons deux enfants en parfaite santé.

C’est après la naissance de Kalyan que nous avons commencé à chercher les constructeurs de roulotte, et sommes tombé sur Jacques Solé, qui a bien voulu en faire une pour nous, malgré le fait qu’il ne fasse que des sédentaires, il a accepté de nous en faire une hippomobile. Il a eu énormément de patience avec nous, il nous la fait à la moitié du prix auquel il vend ses roulottes habituellement, et nous tenons à dire que c’est le premier qui nous a soutenu dans notre projet.

Et même, lorsqu’il a vu qu’en vendant tout se que nous possédions, bon pas grand-chose à vrai dire, nous étions très loin du but, il a cherché une alternative, et nous a proposer de partir en Roumanie, afin de travailler pour lui en échange de la roulotte. Il nous a même offert un mètre supplémentaire à la naissance de Kaès.

Détail très important, car malgré le fait que nous n’avions pas les moyens, et bien Jacques accepte de nous construire la roulotte, chose incroyable pour nous. Nous organisons donc le départ en Roumanie pour 2017 ! Et c’est là que la maman d’Estelle nous avance les fonds pour le restant de la roulotte, afin d’éviter que nous partions, par amour pour sa fille et ses petits-enfants, et surement un peu de peur aussi de les voir partir.

Donc nous voilà avec les fonds de la roulotte, (que nous remboursons bien évidement) et Jacques commence la construction. Nous recherchons des chevaux, et nous rendons compte que, et bien ce n’est vraiment pas donné.

Il nous restait donc un petit budget pour les chevaux, le matériel et la formation à l’attelage. Nous avons trouvé une paire de comtoise, Alizée & Arcane, chez Jean Patrick à Liglet, ancien roulottier qui a fait un an sur les routes. Il a réduit son prix pour nous, et nous a permis d’en faire l’acquisition. Encore une chose incroyable !

Il nous manquait la formation, et avons cherché, trop loin à vrai dire, un formateur qui veuille bien prendre le temps de nous former et attendre que l’on soit prêt, faire livrer la roulotte sur place et partir de là-bas.

Nous avons trouvé Manu pour la formation, à Saint Bénin d’Azy, pour ceux qui ont suivi, cela ne c’est pas trop passé comme nous l’espérions. Nous nous devions de partager cette expérience avec vous, voir l’article de blog !

Pour le départ, nous trouvons un van pas trop cher, détail important pour la suite, vous allez comprendre. Bon le voyage ne c’était pas passé comme prévu. Nous aurions dû écouter les signes et ne pas partir, mais notre persévérance en pensant bien faire, a fait que nous sommes arrivées sur place.

D’ailleurs rien n’aurait été possible sans Dominique B., qui a pris le temps de nous aider, une personne qui a pris notre projet à cœur et qui fait tout pour que nous réussissions ! Encore incroyable non ? Des personnes sont prêtes à donner pour nous aider.

Autre détail surprenant, limite du miracle ! Le « kisskiss BankBank » ! Nous avons fait une collecte avec eux pour acquérir les colliers de la sellerie Courtois. Oui nous avions exploser le budget avec les juments, et ? Réussis… Ceci grâce à vous qui nous avez soutenu, ainsi qu’une famille en or, la famille Dubois, nous n’en dirons pas plus, ils préfèrent garder leurs intimités, ce qui se comprend.

Au début nous étions dans l’espoir d’échanger la formation, contre notre temps de main d’œuvre ! Eh oui nous sommes comme ça, pour nous l’argent c’est poison, mais cela ne nous empêche pas de donner notre temps de vie !

Mais nous avons payé, car à Saint Bénin d’Azy, chez Manu & Maya, le temps c’est de l’argent et notre main d’œuvre a peu de valeur pour eux. Maya nous a avoué qu’ils étaient très individualistes et qu’ils n’avaient pas l’habitude de voir des gens comme nous. Mais qui a l’habitude de voir des personnes comme nous ?

Au début, les dix premiers jours cela s’est plutôt bien passé, voir l’article du blog, mais Manu n’était pas du tout la bonne personne pour nous. Ce qu’il nous a montré, et bien nous devons l’oublier ! Pourquoi me direz-vous ?

Eh bien, les chevaux, on les traite avec amour ! Nous ce que l’on en ressort c’est que c’est une personne assez brusque, voir violent avec ses animaux. A votre avis, pourquoi Alizée & Arcane ont refusé de travailler avec lui ? Eh bien nos juments, elles n’écoutent pas quand on les brusque, et crie dessus ! Mais d’ailleurs, qui souhaiterais travailler dans ces conditions ? Vous ? Nous non en tout cas.

Beaucoup de personnes issues du monde du cheval ont été très surprises du comportement de notre formateur, nous ne dirons pas tout non plus, le but n’étant pas de juger Manu, qui n'a pas un mauvais fond non plus, mais de retranscrire ce que nous avons vécu, avec notre point de vue !

Cela a évidemment généré des tensions, nous avons pris sur nous, reconnu nos erreurs, nos tors, afin de faire redescendre ces tensions, mais tout le monde n’est pas capable de reconnaitre ses erreurs…

Nous sommes donc rentrés en contact avec Mr Courtois, qui nous a préparé les colliers des juments et qui nous a mis en relation avec Christophe Dugois, le président des chevaux de trait comtois dans le Jura. Cela a été pour nous des conseils que nous n’oublierons jamais.

Heureusement, sur place nous avons également rencontré Richard H. qui nous a donner des conseils en or, il nous a aidé à rester nous, et à tenir le coup. Manu a dû comprendre d’ailleurs, car après le passage de Richard H. il a bien voulu refaire un essai avec nos juments, avec du vieux matériel cassé, et là surprise, avec douceur et amour elles donneraient tout ce qu’elles ont.

Bref il nous fallait partir de là-bas, car malheureusement d’être entouré de personne négative, lorsque on est très empathique, et bien cela se reflète forcément, et heureusement Manu & Maya nous ont demandé de partir très rapidement de chez eux, ce qui nous a obliger de trouver des solutions, qui sont bien mieux pour nous d’ailleurs. Nous pensons tout de même que nous devions vivre cette expérience, seul moyen de réaliser certaines choses.

D’ailleurs, vous voulez un autre fait surprenant ? Eh bien on nous demande de partir rapidement, et c’est là que Guillaume de HG Loc., à qui nous avions loué le van pour aller à St Bénin d’Azy rentre en jeu. Déjà précisons que nous n’avions pas encore payé la location de l’aller, rendu le van incomplet (nous avons oublié une barre de blocage à St Bénin d’Azy). Et pour le retour il nous loue tout de même un camion VL avec un plateau de 6 mètre pour la roulotte, en nous faisant payer une misère (0.4euros le km), il nous avance le plein de gazole et nous laisse lui régler en deux fois la totalité qu’on lui doit (l’aller + le retour + un plein). Surprenant non ? Mais réel ! Et qui a donc conduit ce convoi ? Eh bien Dominique B. ! Vous voyez nous donnons au quotidien sans spécialement attendre de retour, et naturellement d'autres donnent d'eux avec amour.

Une bizarrerie du destin a fait que Denis Cannelle qui devais nous recevoir dans le Jura, le contact de Christophe Dugois, c’est cassé la jambe la veille de notre départ, nous ne sommes donc pas partis chez lui.

Et devinez ou nous sommes accueillis ? A quatre kilomètres de la Petite Guerche, notre point de départ. Chez Fred, qui a tout ce qu’il faut pour nous accueillir, sans rien nous demander ! Nous donnons évidement notre temps pour lui et l’aidons au quotidien, ce dont il avait fort besoin (petit problème physique et il a grand besoin d’aide).

Bon la roulotte aussi n’est pas tout à fait au point, le timon a plié (nous nous en doutions) lors du chargement, et le coffre du milieu était beaucoup trop bas, il n’a pas tenu le chargement non plus! Des détails à revoir au niveau de la tourelle pour le timon, et qui nous aide pour cela ? Encore Dominique B. ! Jacques n’ayant pas l’habitude de faire des hippomobile, il a du faire des erreurs, nous allons voir avec lui comment résoudre ces petit aléas.

Nous pensons qu’il fallait que nous vivions notre expérience à St Bénin d’Azy, pour justement se rendre compte que nous sommes entourés de miracle et qu’il est toujours possible d’aller au bout de ses rêves et ce malgré toute les embuches que l’on peut rencontrer. Notre esprit créé plus que ce que l’on imagine, si nous avons des peurs, eh bien forcément nous attirons ses peurs ! Mais si à l’inverse nous dégageons que de l’amour, l’entraide, l’espoir et bien il s’en reflète forcément la même chose dans la vie !

La suite ? Eh bien vivons un petit peu chez Fred, voyons ce que l’on apprend ici, afin que nous puissions vous écrire la suite ! En tout cas, les juments sont très heureuses ici, on a ressenti une différence impressionnante de comportement chez elles ! Retapons la roulotte pour qu’elle soit prête au départ, et vivons nos rêves !

Ps : Nous avons reçu les colliers aujourd'hui, avons essayé brièvement, nous posterons des photos très prochainement !